FAQ

Quelle est la principale source de pollution de l’air ?

En inhalant 15.000 litres d’air chaque jour, nous sommes quotidiennement exposés à la pollution de l’air, en particulier dans les grandes agglomérations. Des gaz et particules fines qui nuisent à notre santé mais aussi à l’environnement, aux écosystèmes et qui accélèrent le changement climatique. D’où provient cette pollution de l’air ? Bien que les substances polluantes puissent être d’origine naturelle : les pollens, les incendies de forêt, les brumes de sable, l’érosion des sols, les éruptions volcaniques engendrent une pollution que nous ne pouvons maîtriser qu’à la marge, l’activité humaine est la principale source de pollution de l’air. En témoigne l’accélération de la dégradation de la qualité de l’air à partir du 19e siècle avec le développement des activités industrielles et du trafic routier.
no-image

Les polluants générés par les activités humaines

 

La main de l’homme est la source de polluants primaires et secondaires. Qu’est-ce qui les différencie ? Les polluants primaires sont directement issus de sources de pollution telles que l’industrie, le chauffage, le transport, l’agriculture. Ce sont les oxydes d’azote (NOx), du dioxyde de soufre (SO2), des composés organiques volatiles (COV), des hydrocarbures et des particules fines métalliques (plomb, cadmium…). Les polluants secondaires se créent quant à eux dans l’atmosphère, à l’issue de réactions chimiques entre divers polluants qui produisent de l’ozone, du dioxyde d’azote et des particules ultrafines.

 

Les secteurs d’activité responsables de la pollution de l’air

 

Quelles activités humaines sont les principales sources de pollution de l’air ?

 

  • En premier lieu, le secteur résidentiel – en particulier le chauffage domestique, et le transport routier. Selon les territoires, la répartition n’est toutefois pas homogène. Ces activités sont ainsi respectivement responsables de la moitié et du quart des émissions de particules fines en Ile-de-France. Alors qu’en Haute-Savoie, dans la vallée de l’Arve, 80% des émissions polluantes proviennent du chauffage individuel au bois.
  • Les activités industrielles jouent également un rôle majeur sur la qualité de l’air. Elles contribuent à la pollution au dioxyde de soufre (SO2), aux composés organiques volatils non méthaniques (COVnM), aux particules fines PM10 ou encore de l’oxyde d’azote (NOx) en France. Ainsi, Airparif évalue que plus de 50% de la pollution au dioxyde de soufre en Ile-de-France est dû aux activités industrielles.
  • Quant à l’agriculture et la sylviculture, elles ne sont pas en reste comme sources principales de pollution de l’air. Épandage, effluents d’élevage… Elles représentent 93% de la production d’ammoniac (NH3) , 42% des émissions de COVNM, 25% des émissions de PM10 et 11% des émissions de PM2.5, selon le rapport SECTEN 2021 du Citepa.
  • Les transports non routiers, notamment l’avion, ne sont pas à négliger. En plus du CO2 responsable du réchauffement climatique, l’avion génère de la pollution de l’air aux particules fines, en particulier celles liées aux oxydes d’azote (NOx), des traînées de condensation, du dioxyde de soufre (SO2), des particules de carbone.

 

Un problème majeur de santé publique

 

La pollution de l’air est une préoccupation sanitaire et environnementale majeure. Comprendre son origine et identifier les sources principales de pollution de l’air est essentiel pour mieux lutter contre ce fléau responsable d’au moins 40.000 morts chaque année en France. Une note positive cependant : En France, les émissions de polluants atmosphériques sont en baisse depuis 1990 (métaux lourds, polluants acidifiants et eutrophisants, particules, polluants organiques persistants).

Découvrir d'autres questions

Yeux qui picotent, essoufflement, toux persistante… La pollution de l’air - notamment les particules fines - peut entraîner des sensations irritantes mais aussi des pathologies graves. Des vies en sont même menacées : en France, la population perd deux ans d’espérance de vie en raison de la pollution de l’air. À New Delhi ce chiffre grimpe à 10 ans. En termes de mortalité à l’échelle mondiale, la pollution de l’air est tout aussi dangereuse que la consommation de tabac et devance l’alcool et l’eau insalubre (trois fois plus de décès liés à la pollution de l’air) ou le VIH (six fois plus). Les populations les plus à risque ? Les personnes souffrant de problèmes respiratoires, cardiaques, de diabète, les jeunes enfants, les seniors et les femmes enceintes.
Un décès sur cinq dans le monde est imputable à la pollution de l’air extérieur. Les politiques peinent à y remédier. En France, l’Etat a même subi plusieurs condamnations de la Cour de justice de l’Union européenne et du Conseil d’Etat pour inaction, alors que la pollution de l’air entraîne plus de 40.000 morts prématurées chaque année. En cause ? Les phénomènes naturels (pollen, incendies de forêt, érosion des sols, éruptions volcaniques…), mais surtout les activités humaines (agriculture, industrie, transport, construction…) qui génèrent gaz et particules fines. Les secteurs les plus polluants varient selon les territoires. Pour lutter contre la pollution de l’air extérieur en France, les mesures doivent désormais se focaliser sur le chauffage domestique et le transport routier, respectivement responsables de la moitié et du quart des émissions de particules fines en Ile-de-France.
Le véhicule électrique présente des atouts pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire la pollution de l’air responsable de 307 000 décès prématurés en Europe, chaque année. Mais, l’électrification de la mobilité automobile n’est pas pour autant la solution miracle. Ces nouveaux types de véhicules nécessitent beaucoup d’énergie lors de leur fabrication, leur recharge peut-être fortement carboné (en fonction de la provenance de l’énergie), et ils sont émetteurs - comme les véhicules thermiques - de particules fines de friction.