FAQ

Comment réduire la pollution de sa voiture (diesel, essence ou électrique) ?

1,4 milliard de véhicules sont en circulation dans le monde. De leur fabrication à leur fin de vie, ces véhicules génèrent l’extraction de matières premières, des émissions de CO2 et des particules fines, nuisibles pour notre santé et notre planète. L’idéal ? Se passer de sa voiture autant que possible, en recourant à des moyens de transports plus écologiques : marche à pied, vélo ou encore transports en commun. Néanmoins, notre organisation des territoires est encore très centrée sur la voiture. Il convient donc d’adopter certaines bonnes pratiques pour réduire –autant que possible- la pollution de sa voiture.
no-image

Adopter l’éco-conduite

Au volant, des gestes simples permettent de limiter son empreinte carbone et son impact sur la qualité de l’air :

  • Une conduite nerveuse, avec de brusques accélérations et freinages, provoque davantage d’émissions polluantes. Il est donc préférable d’avoir une conduite souple et de faire usage du frein moteur plutôt que de la pédale de frein.
  • Réduire sa vitesse permet aussi de poursuivre cet objectif : en ralentissant de 10 km/h, il est ainsi possible dediminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 12,5 %.
  • Autre réflexe pour réduire la pollution de sa voiture : éviter les horaires de forte affluence et les zones embouteillées. Et si malgré tout, le véhicule se retrouve immobilisé de plus de 20 secondes, mieux vaut éteindre son moteur que de le laisser tourner dans le vide. Cela permet d’économiser du carburant, source de pollution.
  • La climatisation consomme également du carburant. L’ADEME estime qu’elle augmente la consommation de carburant de l’ordre de 2 l/100 km en zone urbaine. Il n’est pas question de ne plus jamais l’allumer mais d’éviter d’y avoir recours de façon systématique.

Entretenir sa voiture

Pour réduire la pollution de sa voiture, il est recommandé d’entretenir régulièrement son véhicule. Vérifier les niveaux d’huile, changer régulièrement ses filtres à particules, regonfler ses pneus… autant de bonnes habitudes pour limiter votre impact.

Alléger son véhicule

Plus un véhicule est lourd, plus il consomme de carburant et pollue. Le WWF estime ainsi qu’un SUV est 15% plus énergivore qu’un véhicule standard. A l’achat ou lors de location de véhicule, mieux vaut donc opter pour des modèles légers. Il faut aussi penser à décharger son véhicule autant que possible : le chargement de son coffre, un porte-vélo ou un coffre de toit inutilisé.

Capter les particules fines

Les particules fines à l’échappement et de friction accentuent les risques de problèmes respiratoires et pulmonaires ainsi que d’autres pathologies comme les maladies cardiovasculaires. Pour réduire la pollution de sa voiture et améliorer la qualité de l’air dans nos villes, les filtres à particules sont donc indispensables. Utilisés pour les moteurs diesel, ils sont réglementés depuis 2011. Leur niveau d’encrassement doit être vérifié régulièrement. Une autre option serait d’encourager l’aspiration des particules émises lors du freinage, à l’image de la solution TAMIC de Tallano Technologies.

Passer à l’électrique

Et demain quelles autres alternatives pour réduire la pollution de sa voiture ? Pour moins polluer au volant, le véhicule électrique est souvent présenté comme la voie royale. Et pour cause : en France, un véhicule électrique émet 3 à 4 fois moins de CO2 qu’un véhicule thermique sur la totalité de son cycle de vie. Néanmoins, l’impact carbone de la fabrication d’une voiture électrique peut être deux à trois fois supérieur à celui d’une voiture essence ou diesel et exige de nombreuses énergies fossiles et des métaux tels que le lithium. La voiture “sans pollution” n’a pas encore été inventée.

Découvrir d'autres questions

Yeux qui picotent, essoufflement, toux persistante… La pollution de l’air - notamment les particules fines - peut entraîner des sensations irritantes mais aussi des pathologies graves. Des vies en sont même menacées : en France, la population perd deux ans d’espérance de vie en raison de la pollution de l’air. À New Delhi ce chiffre grimpe à 10 ans. En termes de mortalité à l’échelle mondiale, la pollution de l’air est tout aussi dangereuse que la consommation de tabac et devance l’alcool et l’eau insalubre (trois fois plus de décès liés à la pollution de l’air) ou le VIH (six fois plus). Les populations les plus à risque ? Les personnes souffrant de problèmes respiratoires, cardiaques, de diabète, les jeunes enfants, les seniors et les femmes enceintes.
Nocives pour notre santé, les particules fines peuvent exacerber ou provoquer des difficultés respiratoires et pulmonaires, des maladies cardio-vasculaires ou encore des maladies neuro-dégénératives. Un risque sanitaire qui peut être limité par l’utilisation de filtres à particules (FAP) sur les voitures. Installés sur les lignes d’échappement ou sur les systèmes de freinage, les filtres à particules sont des dispositifs anti-pollution qui permettent de capturer les particules fines des véhicules. On distingue deux types de filtres à particules : les installations destinées à capter les particules à l’échappement des véhicules diesel et essence, et celles conçues pour récupérer les particules fines d’usure de frein.
L’expression “particule fine” désigne un agrégat de composés chimiques polluants qui se crée lors de phénomènes de combustion, de friction ou de réactions chimiques. Incendies de forêt, éruptions volcanique, poussières désertiques… Leurs origines peuvent être naturelle. Mais, la plupart des particules fines sont issues de l’activité humaine. En cause ? Principalement le trafic routier (via les gaz d’échappement mais aussi l’abrasion des freins, des pneus et de la chaussée), le chauffage domestique et les rejets industriels et agricoles.